✉ Lettre de ma fille à ses parents, amis …. ✉

A toutes et tous, bonjour,

Aujourd’hui, en faisant du tri sur mon ordinateur, mon regard s’arrêta sur ce texte qui m’apporta, comme alors, des larmes d’émotion. J’avais, tout simplement, envie de vous faire partager cet état d’âme rédigé par mon présent le plus cher, ♥ MA FILLE ♥

La motivation est mon maître mot et l’a toujours été ! Quoi qu’il advienne, dans ce qu’il y a de pire ou de meilleur, il faut trouver LA motivation et la force de se donner à fond et de ne pas décrocher.

Si je m’étais écoutée, je ne serai pas partie cette année : m’éloigner de mes ami(e)s ou bien les perdre …  de ma famille, de tous les points de repères que l’on acquiert et que l’on met du temps, des mois, des années, à construire … tout cela est quelque chose auquel il est dur de se détacher.

De plus, l’Angleterre est loin d’être ma terre de prédilection, mais à défaut d’autre chose … on se dit que çà fera l’affaire. Si nous ne prenons pas certaines décisions par peur des conséquences, nous sommes voués à rester immobiles.

What’s the point ??? Life’s a journey and you gotta make the most of it.

Je reste donc fidèle à mon choix, et qu’importent les personnes qui se seront dérobées cette année, les mésaventures anglaises qui me sont (et vont) arriver, car les personnes que j’ai eu la chance de rencontrer, et encore plus important, celles qui m’ont montré leur soutien, me permettent de vivre quelque chose d’exceptionnel et de redéfinir un peu ma vie parisienne !

Je savais qu’une fois pris dans les tumultes de la vie d’étudiante internationale, les débuts allaient être un calvaire, mais que par la suite, chemin faisant, j’en arriverai à me dire en Juin que mon expérience toucherait à sa fin, déjà ….

Juin frappe quasiment à la porte, et je me remémore donc mes préoccupations d’avant-départ, pour enfin en venir aux futures … Comment retrouver ma « vie normale »quand tout le monde a bougé, et que mon environnement n’est plus aussi confortable et stable ? La vérité est que la vie continue et qu’il ne faut pas s’attendre à la retrouver comme nous l’avions laissée derrière nous ….Nous devons renouveler continuellement !

Certains aiment ce nouveau défi, d’autres comme moi commencent à s’en lasser. Il y a donc quelque chose d’effrayant à revenir chez soi, alors que tout paraît si simple sur la nouvelle terre qu’on a conquise temporairement. Nous savons tous que nous sommes en « sursis » ici, à l’étranger, mais c’est pour cela que nous essayons de recréer un nouvel environnement, une nouvelle vie, identique ou non, car nous savons que cette année n’est qu’un laps de temps, qu’il nous est accordé un petit « extra time » qui nous rejettera dans la réalité brusquement et violemment, une fois écoulé.

Le problème est, qu’en aucun cas, nous n’avons été sensibilisés au sujet de la « réintégration ». Nous savions que nous devions nous intégrer mais nous ne pensions pas avoir à faire le raisonnement inverse. J’y pense de plus en plus maintenant que mon voyage au pays des mangeurs de flageolets touche bientôt à sa fin ….

rédigé par ©ma fille lors de son séjour scolaire à Manchester en 2005

©agendaide

Image

Publicités